retour

Vent significatif en altitude en été et turbulence associée 

haut relief

 



 

 

L'été en Béarn est souvent vélivolement plombé par les entrées maritimes.

Les fidèles lecteurs savent que quand on est au sol, sous le couvercle ce ne sera pas bon pour circuiter, et que quand on est en l'air, au retour d'un beau vol en faces sud une entrée maritime peut obliger à un déroutement vers Jaca, si l'entrée couvre le piémont jusqu'au delà de Tarbes.

Benoit en a fait plusieurs fois l'expérience.

Je n'ai pas de statistique détaillées sur ce sujet, juste le nombre de jours circuitables en juillet août: 1/3 des journées. et seulement 4 jours qualifiables de "grand vols" qui se font évidemment en faces sud ou le haut relief alors accessible.

 

L'été 2021 n'est ni pire ni meilleur que les autres années. La particularité est que les cycles liés au passage d'une dépression (jour-1 = excellent, jour 0,1,2.. pourris jusqu'à l'établissement d'un régime de Sud à l'approche de la dépression suivante) sont détraqués. Il n'y a pas de dépression ou alors très loin sur l'atlantique. Le vent en altitude est verrouillé à l'Ouest par un haut barométrique méditerranéen. Cela fait le bonheur des baigneurs sur la côte landaise avec drapeau vert comme rarement vu, mais notre piémont est couvert par simple entrée marine de type brise qui va loin vers l'Est chaque soir avant dissolution (ou pas) le lendemain, tandis qu'en altitude  le vent d'ouest reste fort. En montagne, cela se traduit par des ressauts locaux, et une masse d'air de type sous ondulatoire sous la couche limite qui peut être assez haute, dans un cagnard qui finit de réduire les glaciers pyrénéens à des tas de cailloux.

 

Vendredi 20 août 2021

 

La semaine dernière les circuiteurs se sont fait secouer en faces sud, et la simple vue des spirales sur les traces gps montre que ce n'était pas évident de rentrer face à un vent de plus de 35Km/h

 

derive

 

Aujourd'hui, ça souffle d'Ouest encore en haut, mais comme on le voit sur l'image, la dérive est moins forte, les tours de spirale se recouvrent en XY

 

derive

 

Le départ est classique vers Ansabère, mais d'entrée de jeu on sait que ce ne sera pas évident: la turbulence sous le vent des aiguilles derrière le remorqueur est marquée. Le passage se fait en force, avec raccrochage au niveau des crêtes des collines vertes (ces épaulement Nord-Sud au sud des Sierras). Pas évident, car le vent d'Ouest contrarie les pompes qui démarrent au soleil coté Est, mais ça monte et permet ensuite de revenir faire le point de départ, car Benoit a (encore) en tête un but fixé. La suite est ensuite classique jusqu'au trou de souris à l'Est du Mont Perdu

 

pas
              d'Aspe

L'ossau et le Somport  et la vallée d'Aspe vus du sud du Pas d'Aspe

 

Le lac de Búbal, au pied de Piedrafita de Jaca n'est plus plein

bubal


tendenera

 

 

Il y a du monde sur la Tendenera, Les randonneurs ne nous ont pas entendu (vent dans les oreilles?)  ni vu. Ils ne se sont même pas retournés à notre passage. à l'arrière plan, Les cumulus sur le Vignemale partent de l'Est et sont brossés au dessus des crêtes

 

Mirador Ordesa
Le mirador de la lèvre sud du canyon d'Ordesa

 

Au trou de souris, qui je le rappelle est le col d'Anisclo, on est au ras des nuages et ne voit pas ce qui se passe sur la haute chaine. On devine entre deux nuelles que les matérialisations y sont hautes, mais avec ce régime d'Ouest, la Pineta est potentiellement dégueulante. On préfère longer la sierra de Las Sucas, pour sauter au bout vers la Punta Suelza par Cubifredo, ou l'accrochage est difficile.

 

Punta Suelza

A gauche la Punta Suelza: pas d'ombre de cumulus pour baliser un accrochage.

 

Sur la face Ouest de la Punta Suelza: lacs de Cao et Baleto. Au fond Posets

Punta Sulelza

 

On grimpe en thermodynamique sur la Suelza, jusqu'à avoir l'alti pour transiter vers les faces sud des sommets du  Luchonnais, A chaque sortie sous le vent du relief, on prendra une ou plusieurs châtaignes costaudes.

Caillauas

lacs de Caillauas et Poucherges . C'est bleu coté Français


Luchonnais: Le lac du Portillon
 Portillon

 

Le cheminement se fait  un peu au sud de la crête frontière jusqu'à attaquer le coté Sud-Ouest de la Maladeta


Maladeta

Chaque année le glacier de la Maladeta se réduit un peu plus.


On y arrive par la face au vent, fait quelques huit turbulents et prend de belles châtaignes sous le vent de la Maladeta, dont le glacier se réduit d'année en année de façon impressionnante. Le savoir faire de Benoit en conditions difficiles fait que depuis le début du vol, je n'ai pas piloté. J'en ai profité pour faire les images illustrant ce récit, mais cette turbulence qui m'aurait fut un temps fait depuis lurette rendre tripes et boyaux, commence à se faire sentir. il est temps de piloter. Le deal est simple. Benoit fait monter le planeur, j'en limite quant à moi la chute.

On arrive ainsi au sud du pic d'Estats, un cheminement plus Nord que d'habitude.

 

Estany Fondo de Sotllo, au sud du pic d'Estats

Sotillo
              Estats

 

Mais ce n'est pas optimal. On aurait peut être dû passer par le Monteixo (où c'est d'ailleurs bleu), montagne sacrée du vélivole entre Andorre et le val d'Aran. Il est rare qu'on n'y trouve rien à exploiter. Qu'importe, on arrive sur le Pas de la Case pour vérifier qu'au mois d'Aout, l'automobiliste qui s'y aventure pour faire ses emplettes n'y est pas seul au retour:

 

douane
              Andorre

 

Dans le sens montant un camion citerne en provenance de la raffinerie de Port La Nouvelle qui remplira les réservoirs de la station service du Pas de la Case, pour que le voyageur y fasse le plein. Et dans le sens descendant, les chalands qui ont fait le plein moins taxé, font la queue en espérant n'être pas la voiture que les douanier vont fouiller. Cette anomalie peu écolo ne choque personne.

On tourne les Bouillouses comme prévu. Cap à l'Ouest, face au vent!

 

le plateau de La Calme à Font Romeu. là bas au fond à droite, Alp, qui pourrait se voir limiter le nombre de remorqués quotidien à un nombre qui signerait la mort du vol à voile en Cerdagne hors La Llagone

La Calme

 

On rentre presque par le même itinéraire, décalé un chouia au sud. On survole Granvalira et le site de l'ex-futur aéroport international d'Andorre (projet abandonné, merci l'OACI), avant de poursuivre par le Monteixo

 

Envalira

Andorra fools airport terminal site

La Massana (Andorre)

La Massana

 

Lecteur fidèle, vous le savez depuis longtemps, le point critique au retour est quelque part sur la vallée d'Esteri de Aneu, lorsqu'il faut choisir la bonne option. Sud des Encantats et cheminement immédiat faces Sud, ou rester plus longtemps sur le tentant val d'Aran avec ses beaux plafonds, mais qui risque d'être un cul de sac. Ce sera route Sud encore cette fois-ci. mais le vent d'Ouest neutralise la pompe du Pic del Pineto avant le lac de San Maurici et le col donnant accès à la route Sud. Douleur. On passe le col bien conscient qu'il faut s'appuyer sur la face au vent, change de rive pour raccrocher à 2700m, soit 100 mètres plus bas que le sommet de la pompe du Monteixo

 

Dallui

Estany Dellui et col du même nom qui débouche sur la vallée de Cabdella, au sud du massif des Encantats

 

iI est 16h35, mais il y a toujours du monde sur certains sommets (Bony Blanc, 2756m)

Bony Blanc

 

La suite est classique et plus facile. Llauset, Benasque, Col de Sahun, Posets face Ouest au lac d'Elsen au bleu profond.

Col de Sahun

col de Sahun (1999m)


ibon d'Elsen sur la face Ouest de Posets

ibon d'Elsen


 

On poursuivra ensuite jusqu'à Isaba, avec un cheminement facile en regard de ce qui a précédé. Le vent tombe, les cumulus deviennent joufflus, les pompes dantesque: la récompense.

 


paarapente
              vers Biescas


Un parapente se cache dans l'image vers Biescas. L'avez vous vu?



Sierra de Partacua et son chevauchement, comme dans les livres de géologie: il ne manque plus que les pointillés.
partacua

 

C'est l'heure ou le soleil baisse, et la lumière devient plus favorable au photographe. On fait un dernier point à Torla et on rentre. Benoit est content, le circuit est bouclé  "comme prévu".

 

Ordesa
Canyon d'Ordesa au soleil déclinant


Entre Aspe et Ossau, au pied du mail Massibé c'est Verdun: on découvre les dolines en lumière rasante
dolines du
                Massibé

 

paramoteurs
Arrivée à Oloron.


 

Des para-moteurs s'entrainent sur la piste. On négociera à la radio, et on se posera long sur la piste avion pour ne pas gêner Patrick qui rentre en DR400. Il est près de 19h30, et c'est la bonne heure pour voler "au frais". Il a fait encore chaud sur le terrain aujourd'hui. Beaucoup plus qu'entre 2500 et 3800 mètres. Uzein a enregistré 30° sous abri, en fait beaucoup plus au soleil. Le rangement se fait avec une température encore élevée malgré l'heure. On est tous les deux un peu lessivés. Je vieillis. Ce type de vol nécessite pour moi 24 heures de récupération voire plus, malgré une significative hydratation en vol et au sol au retour.

 

épilogue

 

Ce sera la dernier vol de la saison 2021 en ce qui me concerne. 15 jours plus tard, le vaillant Pawnee, parfaitement adapté au remorquage des planeurs lourds sur une piste lourde en hiver, s'est posé en catastrophe à Bedous suite à une panne moteur. Pilote indemne, avion détruit. Son remplacement va prendre du temps.


 

Trajectoire: cliquez sur l'image pour mieux lire les noms de lieux cités dans le texte, puis retour dans vore browser por revenir au récit


trajectoire

 


La montagne est belle.


 

 

 


retour

sommaire